Rafael Nadal rejoint Karen Khachanov en demi-finale

By | 11/08/2018

L’Espagnol Rafael Nadal a perdu la première manche, mais ça ne l’a pas empêché d’atteindre les demi-finales de la Coupe Rogers de Toronto, vendredi soir, alors qu’il a disposé du Croate Marin Cilic en trois sets de 2-6, 6-4 et 6-4.

Nadal, qui trône au sommet de l’ATP, a s’est offert trois balles de match sur le service du Croate. Cilic, septième raquette mondiale, a sauvé les deux premières avant de finale s’avouer vaincu.L’Espagnol a réussi se tour de force, même s’il n’a mis que 59% de ses premières balles en jeu contre 70% pour Cilic.

Cilic a manqué d’opportunisme alors qu’il a bénéficié de 14 balles de bris et qu’il en a concrétisé que trois.

De son côté, Nadal n’a obtenu que six balles de bris, mais il en a converti trois.

En demi-finale, Nadal croisera le fer avec le Russe Karen Khachanov, 38e au classement de l’ATP.

Si le premier match des quarts de finale à Toronto a été à sens unique vendredi alors que Kevin Anderson, finaliste à Wimbledon, n’a eu besoin que de 66 minutes pour battre Grigor Dimitrov en des manches de 6-2, 6-2, le second match présenté en après-midi a été chaudement disputé.

Alexander Zverev, 21 ans, était opposé à Stefanos Tsitsipas, 19 ans, et ce dernier a continué d’épater la galerie en l’emportant 3-6, 7-6 (11) et 6-4 au bout d’une bataille qui a duré deux heures et 28 minutes.

Zverev semblait en bonne posture pour accéder au carré d’as alors qu’il menait 5-3 dans la seconde manche. C’est alors que Tsitsipas, qui avait éliminé Novak Djokovic la veille, a sorti un autre lapin de son chapeau. Il a remporté le bris d’égalité 13-11 pour ensuite imposer sa domination dans la manche décisive.

Tsitsipas, une étoile montante qui occupe la 27e position au classement de l’ATP, est devenu le plus jeune joueur à vaincre trois membres du top 10 dans le cadre d’un même tournoi depuis Rafael Nadal en 2006 à Monte Carlo.

C’est la première fois qu’il participera à une demi-finale dans le cadre d’un tournoi Masters 1000. Son adversaire sera Anderson. «Si vous m’aviez dit au début de l’année que j’allais me retrouver en demi-finale d’un tournoi de cette importance, je ne vous aurais pas cru, a avoué Tsitsipas. C’est la réalisation d’un rêve.»

Mauvais perdant, ce Zverev

Zverev, de son côté, était d’humeur massacrante lorsqu’il a rencontré la presse, lui qui perdra sa troisième place au classement de l’ATP aux mains de Juan Martin Del Potro.

«J’ai mal joué, j’ai perdu quelque peu ma concentration alors que je menais 5-3 dans la seconde manche et je ne crois pas que mon rival a bien joué. Pour parler franchement, ce fut un match pathétique. Honnêtement, j’estime que avons tous les deux mal joué», a dit le joueur allemand. Voilà un athlète qu’on peut qualifier de mauvais perdant!

Tsitsipas a toutefois reconnu qu’il n’a pas joué son meilleur tennis, surtout dans la première moitié de la rencontre. «C’était correct. Zverev m’a battu en demi-finale la semaine dernière à Washington et j’ai su apporter des ajustements pour le battre cette fois-ci. Mon jeu n’était pas à son mieux, mais mon psychologue sportif m’a déjà dit que les bons joueurs savent comment gagner lors d’un mauvais jour.»

Tsitsipas avait la foule de son bord, lui qui est tombé en plein dans la semaine d’un gros festival grec à Toronto. «Je me sens comme à la maison, à Athènes, avec tous ces gens qui m’encouragent», a-t-il dit.

Anderson est en feu

En ce qui a trait à la victoire expéditive d’Anderson, le Sud-Africain de 32 ans continue de jouer le meilleur tennis de sa carrière. Son service est foudroyant (il a dominé 12 à 3 au chapitre des as) et il estime avoir beaucoup amélioré ses retours cette année.

«J’ai mis du temps à atteindre un tel niveau, a dit Anderson, l’un des joueurs les plus sympathiques sur le circuit. La route a été longue et je suis récompensé aujourd’hui (vendredi) pour ma persévérance. Cette victoire contre Dimitrov me réjouit au plus haut point parce qu’il m’avait battu six fois en sept affrontements. Je n’ai pas oublié cette défaite crève-cœur qu’il m’avait infligée en 2014, en quart de finale, à Toronto alors qu’il avait sauvé deux balles de match.»